Musée de Mankon
Exposition permanente
Royaume de Mankon ou Ala’Mankon
Histoire
Art et Pouvoir
Art et Société
Mécénat, clientèle, Echanges et Rapports Artistiques
Créativité, Artistes et Artisans
Mankon, itinéraires de la mémoire
Informations

Art et Pouvoir
Power of the Palace and of the King

Atsum, case de résidence des rois de Mankon

Le palais royal actuel

Les arts et toute la culture matérielle sont les supports privilégiés de l’idéologie de la royauté et du royaume. Ici, deux pôles de pouvoir opposés l’un à l’autre , et qui trouvent un équilibre selon les ca s, sont exposés, matérialisés et légitimés par différents objets culturels: le pouvoir du fon; le pouvoir des notables du kwifo (l’organisme exécutif des décisions du gouvernement du royaume, symbole de la souveraineté de Mankon ou du pays).

La capitale ( nto’) avec en son cœur le palais royal est le principal centre culturel, administratif et religieux du royaume. C’est ici qu’habite le fon avec ses nombreuses femmes, ses enfants, ses serviteurs et les dignitaires de la cour.

Il est également le siège des principales sociétés coutumières et du gouvernement central, la «tête » du pays.

 

C’est ici que l’on trouve les lieux sacrés et/ou interdits, y compris le sanctuaire où les crânes des rois défunts sont conservés. Ici, le domaine réservé au fon et à sa famille s’oppose à celui du kwifo et des sociétés secrètes associées. Le nto’ abrite en particulier le trésor royal du palais qui contient une grande variété d’objets utilisés au cours des cérémonies et des cultes royaux, y compris les rites d’initiation et l’intronisation du fon , la célébration annuelle de l’ abüng afo, les rituels d’Ala’nkyi, etc…

Les objets du palais et les motifs symboliques constituent des archives ou des documents qui sont des sources importantes de connaissance sur la royauté sacrée, les catégories sociales et les cultes royaux (ou du pays) qui en découlent. L’art royal est également un art d’exhibition. Les œuvres d’art du palais ont comme objectif principal l’étalement de la grandeur du fon, afin de montrer son prestige et son pouvoir . Elles symbolisent également de multiples attributions: grand prêtre; leader spirituel des Mankon; chef du clan royal; chef des rituels religieux, du conseil de guerre et du conseil des notables, bükum; le chef de toutes les sociétés coutumières ; symbole de la fertilité et de prospérité du pays , juge suprêm e, etc. Toute une étiquette et une série de rituels entourent la personne royale ainsi que ses actes. Un certain nombre d’animaux (léopards, buffles, éléphants, coq s, etc …) qui se trouvent dans la plupart des œuvres d’art sont en fait des symboles du pouvoir royal.

     
     
     
     

Pipe à motif de tête d’éléphant (ken fo)


Pouvoir des notables et po uvoir religieux

L’organisation de la société mankon est basée sur la distribution des titres hiérarchiques et sur les associations coutumières à travers l esquelles les notables peuvent équilibrer le pouvoir royal.
Ces dignitaires qui font partie du gouvernement et de l’administration du pays et qui aident le f on dans ses fonctions sont:
- les reines-mères ( mafo);
- les princesses et les princes titrés ( ndifo, muma, etc.);
- les serviteurs titrés responsables d es cultes royaux et d’autres activités;
- les guerriers défendant le pays;
- les chefs d es cla ns et des lignages, les conseillers du royaume, etc.

  La tante du fo Angwafo III, Mankah Ndefru III, Angwafo III et sa mère, mafo Mankah Angwafo

Ils comprennent: les notables roturiers (les plus puissants et les plus craints appartiennent au kwifo) et les notables royaux; les notables du palais et les notables locaux.

La notabilité est basée principalement sur l’organisation des clans. Elle n’est pas exercée uniquement par la multiplicité des titres et l’énumération des pouvoirs mais par les emblèmes et les différents symboles représentés par les objets.

La stratification sociale se traduit dans l’art et dans la culture matérielle. Le fon et les notables conseillers/co-fondateurs du royaume ont une position exceptionnelle et les principales couches non-fixes sont:
- les descendants du fon et les membres de la famille royale;
- les serviteurs, les héritiers des serviteurs titrés et les collaborateurs du fon; les habitants ordinaires.

Muma , un notable Mankon à la cérémonie abüng afo.  

Les sociétés coutumières à travers lesquelles les titres sont distribués sont d’une grande variété et chacune peut avoir des masques, des danses, des symboles et son propre matériel qui la distingue des autres.

Elles peuvent être classifiées selon leurs fonctions, les périodes de leur fondation, leurs lieux de réunion, la stratification sociale (sociétés de princes ou de membres de la famille royale comme le takumbeng, sociétés de serviteurs ou de notables roturiers comme le kwifo, sociétés mélangées comme le conseil du bükum qui regroupe les grands notables et les conseillers du pays, société d’habitants ordinaires).

  Case de la société takumbeng

Le kwifo est composé de plusieurs sections autonomes spécialisées dans certains domaines comme la justice, la police, la loi religieuse et coutumière, la médecine, la magi e, etc.… Les objets les plus craints sont ceux qui sont consacrés aux forces fécondes ou occultes, à la magie ou à un pouvoir transcendantal. La religion peut être considérée comme tous ces moyens (prières, sacrifices, offrandes, cérémoni es, etc.) à travers lesquels l’homme demande l’aide aux êtres surnaturels. A Mankon, la création artistique (surtout par rapport aux objets cultuels ou rituels) est soumise à des règles et à un code, dont l’un des fondamentaux est la religion autochtone, qui intervient dans ce domaine de plusieurs façons.

Mankon, une vue de la forêt sacrée kwifo à côté du palais royal  

     
     
     

Statuette anthropomorphique en bois (füngkœbo)

     
     
     
   
     

Trône zoomorphique en bois (abœrü afungø)

[ Page supérieure ]

Home Les quatre musées Le projet Musée de Baham Musée de Bandjoun Musée de Mankon Musée de Babungo
mankon@museumcam.org Copyright 2005 C.O.E. Powered by Synus