Musée de Babungo
Exposition permanente
Le Royaume, mythe, légende et histoire
Société et religion
Arts et techniques
Artistes et artisans
Babungo, itinéraires de la mémoire collective
Informations

Le royaume, mythe, légende et histoire

Babungo (entre 20 et 30 000 habitants) fait partie de la centaine de petits royaumes (ou chefferies), qui se sont progressivement formés au cours de ces six derniers siècles. Situé dans la province Nord-Ouest et dans le secteur de Ngo-Ketunjia, le royaume s’étend jusqu’au haut plateau de Ndop.

L’émergence et l’évolution de cet endroit sont mises en évidence par des faits historiques, des repères archéologiques et surtout par la tradition orale, même si le plus souvent elle est incertaine et entourée de mythes, légendes et même de considérations idéologiques.
 
    Le paysage de Babungo

 

Selon la version généralement acceptée, un groupe de migrants, les Vengo, originellement du pays “Ndobo” ou “Tikar”, s’est établi dans la plaine de Ndop pour fonder le royaume de Bavengo, Bamungu ou Babungo avant le XIVème siècle av. J.-C, en formant une alliance avec la population existante y compris des forgerons qui avaient maîtrisé une technologie remarquable du fer depuis plus de 20 siècles.

Les Vengo se sont établis d’abord à Forghai, de nos jours un des lieux les plus sacrés de Babungo. Ensuite, guidés par un mystérieux bélier noir offert par Ngesekwa, le dieu du lieu, ils ont migré avant de s’établir à Ngineh (où l’animal vénéré est mort), où ils ont construit le premier palais royal.

Là, en rusant, Saingi I a volé une peau de panthère, l’attribut de pouvoir du chef du group e, et il a déposé ce dernier pour s’imposer comme fon (roi), grâce au soutien de ses frères, et il a fondé la dynastie de Babungo.

Le roi Saingi II    
 

Vingt-cinq rois ont succédé au trône de Babungo depuis Saingi I jusqu’au fon qui règne de nos jour s, Ndofoa Zofua III.

L’histoire du royaume depuis ses origines jusqu’à la fin du XIXème siècle est marquée par beaucoup de changements de la résidence royale, par l’expansion du territoire, par les guerres contre des royaumes voisins ou contre des envahisseurs, la prospérité de la civilisation royale et le développement d’un art de cour remarquable sous la pulsion de rois puissants, dont certains sont aussi des sculpteurs.

Une variété de comptes-rendu s, y compris les rapports faits par les premiers visiteurs européens à Babungo à partir de 1889 (l’arrivée du Dr. Zintgraff à la cour du fon Saingi II), témoi gne l’ambiance éblouissante où les gens vivaient au XIXème siècle et dé crit la splendeur de l’art royal et la qualité de la métallurgie et des créations artistiques.

Le roi Sake II    
 

Le roi Zofoa II   Lo roi Ndofoa Zofua III

Au XXème siècle, la domination des Allemands, suivie par celle des Britanniques et finalement l’état camerounais post-colonial, l’introduction et l’essor rapide du christianisme et ensuite de l’islam, l’influence de la culture occidentale, ont bouleversé de nombreux aspects de la vie sociale, économique, politique et religieuse de Babungo, en produisant de nombreux changements.

     
     
     
   
     

Royal staff (mbai-ghoole)

[ Page supérieure ]

Home Les quatre musées Le projet Musée de Baham Musée de Bandjoun Musée de Mankon Musée de Babungo
babungo@museumcam.org Copyright 2005 C.O.E. Powered by SYNUS