Musée de Babungo
Exposition permanente
Le Royaume, mythe, légende et histoire
Société et religion
Arts et techniques
Artistes et artisans
Babungo, itinéraires de la mémoire collective
Informations

Arts et techniques

Statues et mobilier

Les statues en ronde bosse, dont deux dizaines sont présentées à l’exposition, sont généralement anthropomorphes. Quelques-unes sont grandeur nature. Elles sont principalement réalistes, dynamiques, vigoureuses et expressives. Certaines sont ornées de perles et de cauris. Elles représentent des figures (rois, reines, princesses, notables, serviteurs, gardiens, guerrier s, etc.) avec des coiffures et des emblèmes relatifs à leurs attributions. Les visages et les yeux expriment, selon le cas, la sérénité, la majesté, la vivacité, la menace ou le mystèr e, etc… Les motifs qui ornent les superficies des œuvres (quelquefois polies) sont schématisés, avec une tendance géométrique.


Vue intérieure du musée de Babungo

Les statues peuvent aussi être figuratives. Les sculptures sont d’une grande variété en ce qui concerne les styles, les formes et les fonctions rituelles dans la communauté (cultes d’ancêtres royaux, la divination, la guérison, la justice, la vénération des jumeaux, les cérémonies des guerriers, des rites agricoles et de fertilité). Elles ne sont pas toutes exposées au public et celles qui sont associées à un pouvoir occulte sont souvent conservées loin des regards indiscrets. Nous pouvons observer que plusieurs autres figures ne sont pas fonctionnelles ou bien n’ont pas de fonction religieuse. La plupart des statues exposées a été réalisée longtemps après les règnes des rois et des reines représentés; elles ne sont donc pas toujours contemporaines des personnes représentées.

Le mobilier est composé de tabourets portatifs (parfois ornés de perles et de cauris), de trônes cérémoniels avec de grands dossiers, de lits et de tables, tous très bien sculptés. Les pièces principales sont ornées de formes géométrique s, de figures d’animaux réalisées avec harmonie et rythme dans une composition riche et complexe. La forme, la coupe et la décoration du siège dépendent du rang et de la position du propriétaire individuel ou collectif dans la communauté. A partir de son accession, l’héritier ( fon ou notable) qui succède à son père fait faire un siège qui garde une valeur commémorative même après sa mort. Les tabourets et les trônes du fon apparaissent dans différentes cérémonies et cultes royaux et doivent être inclus parmi les symboles les plus impressionnants de royauté à Babungo et dans tout le Grassland.

     
     
     
 
     

Commemorative statue of a royal guardian( ndifuan tambu)

Instruments de musique

A Babungo, divers instruments de musique sont utilisés dans le cadre des loisirs et des différentes activités de la vie sociale. Ils peuvent être en bois, en métal ou en ivoire. Un bon nombre d’instruments de musique appartenant au fon, aux notables et aux sociétés secrètes, joue un rôle liturgique accompagnant ou rythmant les chants, les danses et les processions. Ici, certains de ces objets (tambours, harpes, flûtes, cloche s, etc.) revêtant un caractère sacré ont été sanctifiés par des sacrifices et des pratiques magiques. Dans ce cas, les regarder est parfois interdit et dangereux, surtout au moment où ils émettent des sons. Parmi ces nombreux instruments de musique, les plus importants de la vie sociale et religieuse à Babungo sont les cloches, les flûtes, les tambours et les harpes, parfois richement décorés.


Tambours mâles et femelles utilisés au cours d’une cérémonie

La double cloche kwifo, form ée de deux hautes cloches en fer forgé unies par une anse métallique souvent renforcée et embellie par des liens, est l’instrument le plus sacré du Grassland. Elle est associée au tifuan . Les trompes en ivoire simples ou sculptées appartiennent personnellement au fon. On peut les jouer seulement quand un danger grave menace Babungo. Les cornes plus petites et richement ornées sont utilisées par les chefs des sociétés de guerriers. La flûte cylindrique en bambou, qui peut être parfois décorée de perles, est un instrument sacré joué avec les cloches. Les tambours à fente et à membrane sont remarquables par leurs dimensions, qui peuvent être très impressionnantes, et par la richesse extraordinaire de leur décoration.

     
     
     

Single gong with human figure (fengeng)

Contenants

A Babungo, les prin cipales matières pour la réalisation de récipients sont la terre, cuite et crue, le bois et d’autres matières d’origine végétale comme des fibres, ensuite le métal et l’ivoire, ce qui offre aux artistes une infinité de possibilités pour diversifier leur production. Plusieurs techniques, qui florissaient anciennement dans la région, comme la poterie, ont presque disparu. Il y a une grande variété de contenants (marmites, vases, coupes, cruches, bols, amphores, sacs, calebasses, pipe s, etc.), chacun avec une finalité spécifique, pour cuisiner ou pour d’autres emplois (par exemp le, comme matériel rituel ou comme obj et de cérémonie). Les récipients sont utilisés pour conserver ou préparer des produits cultuels ou de prestige et, appartenant au fon et aux notables, ils sont richement et soigneusement exécutés et décorés de motifs géométriques ou figuratifs symboliques, parfois exubérants. Les pipes, les récipients de terre cuite et de bois sont les plus caractéristiques du trésor royal de Babungo. Des cornes, des pipes et des calebasses, utilisées comme supports pour différents motifs (hommes, animaux, motifs géométriques) et parfois réalisées en matières précieuses, sont utilisées dans la vie quotidienne et/ou culturelle par les membres de la cour, quelquefois comme emblèmes de l’autorité royale et de l’unité du pays.  
    Le roi Zofoa II pendant une cérémonie

     
     
     

Dish (kui)

     
     
 
     

Royal pipe with animal figure (yikeng)

Masques, costumes et parures

Les masques sont d’une grande diversité au niveau morphologique mais aussi en ce qui concerne leur fonction politique, sociale, religieuse, thérapeutique, rituelle et judiciaire. On trouve des centaines de masques au palais royal de Babungo et dans les trésors des notables et des sociétés secrètes. Les exemples exposés sont anthropomorphes, zoomorphes, anthropo-zoomorphes et hybrides. Généralement ils sont richement décorés et de style expressionniste. Certains sont recouverts de cauris et de perles multicolores. Chaque masque appartient ici à une société spécifique qui l’utilise dans les processions, les danses ou les cérémonies.


Danseurs masqués lors d’une cérémonie funéraire

Le masque doit évoquer et prouver la présence du surnaturel si possible et quelquefois même , il doit amuser. Outre la tête en bois ou la cagoule en tissu qui cache le visage, le masque comprend également les costumes et les accessoires qui en font partie. C’est une des expressions symboliques les plus remarquables de l’art de Babungo.

Les bâtons sculptés, les lances cérémoni elles, les fouets de danse, les peaux de panthère qui peuvent être œuvrées ou non, les couvre-chefs, les colliers, les bracelets et d’autres ornements sont utilisés dans la vie quotidienne et/ou dans la vie culturelle de la cour en tant qu’emblèmes de l’autorité royale et de l’unité du pays.

Certains de ces objets sont réalisés et décorés de façon très méticuleuse. En général, il y a des rituels importants et des fonctions cérémonielles à Babungo, outre des pièces contemporaines, où ils sont utilisés pour des raisons de prestige.

 
    Cérémonie d’intronisation du roi Ndofoa Zofua III

     
     
     

Helmet mask with animal figure (toh mekome tifuan)

[ Page supérieure ]

Home Les quatre musées Le projet Musée de Baham Musée de Bandjoun Musée de Mankon Musée de Babungo
babungo@museumcam.org Copyright 2005 C.O.E. Powered by SYNUS